vendredi 30 juillet 2010

Les plages populaires de Tunis transformées en dépotoirs (Les observateurs de France 24)




C’est l’été et pourtant les habitants de la banlieue sud de Tunis ne peuvent profiter de leurs plages. Alors que le front de mer des quartiers huppés est bien protégé, les autorités n’hésitent pas à déverser déchets et eaux usées à quelques pas de chez eux.




Pour lire la suite cliquer ici . 


Pour lire 

Mer sous haute surveillance



Une mer verdâtre , jaunâtre, voire noire dans certains emplacements ,  désertée de ses baigneurs . Une plage au sable noirâtre Des habitants du bord de la mer se lamentant sur leur sort Des chaises de restaurants saisonniers délaissées . Des tas de sable noir et grisâtre  . Une tristesse , une agonie , une douleur voilà  à quoi ressemblait la plage de  Hammam-lif cet après midi .



  Hier je me suis déplacée avec deux amis Hammalifois  à la plage de Hammam-lif  pour mieux comprendre l'affaire de la pollution de la mer . Arrivée la bas , j'ai commencé à tousser et j 'ai failli vomir . L'odeur était plus que répugnante . Le paysage était affreux .Une plage presque déserte . Quelques baigneurs se barbouillaient dans ce que pouvait ressembler  à un étang , une sebkha ,mais pas à une mer . Ils s'encrassaient dans ce que ressemblait à de la boue mais pas à de l 'eau de mer. Des tas de sable sale , de boue , de merde étaient éparpillés un peu partout sur la plage . De gros engins : des bulldozers , des camions sillonnaient la  plage .

J 'ai réussi à prendre quelques photos malgré la haute surveillance des agents de police . Ils sont d'ailleurs venus pour saisir ma caméra et ont obligé  mon amie ( propriétaire de la voiture) a  aller au poste de police pour une bonne demi-heure sous prétexte que les photos étaient interdites . Je ne savais pas que la plage de Hammam-lif était une plage privée et que photographier y était interdit . Il n 'y avait aucun signe  interdisant les photos .
            
J 'ai aussi profité de l 'occasion pour recueillir des témoignages de mes amis , les deux habitant Hamma-lif dont voici  les liens:

Vidéo 1
Vidéo 2 

Nejiba et Ridha , merci pour le temps et l 'aide que vous m 'avez donnée.






1.



2. 3. 4. 5. 6. 7. 8.
9.



1.



2. 3. 4. 5. 6. 7. 8.
9.






1538602633336

mardi 27 juillet 2010

Pollution de la mer de la banlieue sud !


Depuis plusieurs années , des émanations malodorantes d'égouts viennent déranger mon odorat  chaque  fois ou je m 'approche de la mer d 'Ezzahra ou de n 'importe quelle mer de la banlieue sud tunisienne . Quoique présentes tout au long de l 'année , ces odeurs nauséabondes s'intensifient pendant la saison estivale . Par ailleurs, je pense que je en réussirai jamais à  décrire la couleur de la mer de cette région . Une couleur variante selon les jours aussi ; parfois c 'est couleur pipi , parfois c 'est couleur caca et de temps en temps c 'est carrément noir . 

Les habitants de la banlieue sud ont déserté leur mer depuis des années MAIS  des gens venus d 'autres endroits et villes s'y baignent au risque de leur santé . La mer de la banlieue sud agonise depuis une décennie sous l 'effet de la pollution. Une pollution principalement causée par les eaux usées domestiques déversées dans la mer . 

Quoique toute la région souffre de cette pollution , je  dirais de cette catastrophe naturelle , cet été la mer  de Hammam-lif en est la  victime majeure comme le montrent ces photos: 







                                          Photos prises ici 

  Les habitants de Hamma-lif ne sont pas restés les bras croisés . Ils ont exprimé leur dédain et mécontentement d'une manière Et d 'une autre . Des rumeurs d'une manifestation m 'ont parvenues . Des sites , des blogs, et des groupes sur Fcaebook ont été crées . 

Aujourd'hui  on a parlé  d'une  intervention des autorités . La municipalité a commencé des travaux de nettoyage . Cependant ,la situation est vraiment alarmante et une vraie enquête doit être lancée pour connaitre  l 'origine de cette pollution pour pouvoir y remédier.Comme première mesure la zone doit être strictement interdite à la baignade et à la pêche. 

Le journal le temps a parlé du démarrage d 'un collège scientifique se penchant sur l 'affaire et plus spécifiquement celle de la puanteur   et a également parlé de certains constats . La puanteur est le résultat  de l 'accumulation d'une algue, dégageant "classiquement cette odeur nauséabonde", entre les digues et le littoral .


Certes ceci est un bon début , mais l 'affaire est plus grave que le dégagement d'une puanteur .Le dilemme est celui  d 'une mer agonisante depuis une décennie si ce n 'est pas plus . Les scientifiques doivent se pencher sur cette pollution qui a envahit nos plages et nous a privé de la belle nature de la région , pis , les autorités doivent trouver les bonne solutions , les solutions durables et efficaces et non pas tenir une algue pour accusée .  


Pour suivre l'évolution de la situation vous pouvez consulter :



dimanche 25 juillet 2010

Dur dur de voyager seule quand on est une femme






-                     
                       Annaba Juin 2009



Selon la Constitution Tunisienne :

Tous les citoyens ont les mêmes droits et les mêmes devoirs. Ils sont égaux devant la loi. (article6)
La femme est électrice et éligible . (articles 20 et 21)

Certes que dans le monde arabo-musulman, la Tunisie représente un cas unique en ce qui concerne , le principe d 'égalité entre hommes et femmes sur le plan de la citoyenneté et devant la loi . Il est expressément affirmé dans les textes législatifs tunisiens comme le montrent les articles de la Constitution  cités ci-dessus et comme l 'indiquent les clauses du Code du Statut Personnel promulgué il y 'a plus de 50 ans et plus exactement le 13 aout 1956. C 'est vrai que la a Tunisie est considérée comme un pays avant gardiste en matière de la la législation et le respect des droits de la femme . Mais le problème que tout cela reste théorique , la pratique est totalement différente. La concrétisation de ces droits reste lacunaire. Oui sur les papiers , les femmes  et les hommes jouissent du droit au travail sur un  pied de  égalité mais la réalité est totalement différente . Rien que pour une entrevue  de travail , la femme doit  répondre à un questionnaire ou dirais- je un interrogatoire : situation maritale , intention d'avoir des enfants , etc ; Ce qui n 'est pas le cas pour les hommes . Je ne parlerai pas des harcèlements sexuels et moraux ..; C 'est un long sujet .

Je voudrais cependant parler d 'un problème que j 'ai personnellement expérimenté l 'année dernière et qu'une ou deux de mes amies m 'en ont parlé récemment. En effet , le droit de voyager est un droit universel comme l 'indique l'article 13 de la déclaration Universelle des Droits de l 'Homme :

1- Toute personne a le droit de circuler librement et de choisir sa résidence à l 'intérieur d'un Etat.
2-Toute personne a le droit de quitter tout payer, y compris le sien, et de revenir dans son pays. 

et encore selon notre constitution comme c 'est cité la dessus :Tous les citoyens ont les mêmes droits et les mêmes devoirs. Ils sont égaux devant la loi.  

Ce qui implique normalement et logiquement que les femmes et les hommes peuvent voyager sur un pieds d 'égalité et je crois avoir aperçu quelque part des textes législatifs que je ne trouve pas en ce moment détaillant ce point .

Cependant, nos policiers et douaniers ne sont pas du même avis .L'année dernière , je suis  partie  en Algérie pour quelques jours pour assister au concert d 'Emel Mathlouthi à Annaba . Aux frontières j 'ai eu droit à un interrogatoire de deux heures. Tous les policiers du poste frontalier m 'ont interrogée commençant par le simple policier et allant au chef du poste . Aux questions habituels incluant l 'age , le statut marital , le boulot , le nom du père , celui de la mer , du grand père etc ( toutes les informations déjà disponibles sur mon passeport ) , motif du voyage etc.. sont venues s'ajouter des questions bizarres et indiscrètes : 

-Pourquoi voyages tu tant ?(est ce que c 'est toi qui me payes mes voyages?)

 -Qu'est ce que tu faisais aux Etats Unis d 'Amérique ( quand j 'ai répondu au bon monsieur que j 'enseignais et prenais des cours en parallèle il m 'a demandé ma carte d'étudiante ,. J 'ai beau lui expliquer que cela relève déjà du passé mais il a insisté) .

- Pourquoi possèdes -tu une carte d 'handicap ?  ( En quoi cela te concerne mon cher monsieur ) .

Oups j 'a oublié de dire que le BON MONSIEUR s'est accordé le droit de fouiller dans mon porte feuilles . 

- Que fais ton père comme boulot ? Est ce qu'il est bien payé ? ( est ce qu'il comptait venir demander ma main ?) 
-Que fais ta mère comme boulot ? (euuuh?)
- Que va  chanter ton amie que tu vas rejoindre en Algérie?(La prochaine fois je lui demanderai de me passer son programme  avant de voyager ) 


J 'ai répondu à toutes ces questions dans le hall du poste de police ou de la garde nationale , je ne m 'en rappelle plus . Puis un agent m 'a conduit dans un bureau étroit et nauséabond et m 'a reposé les mêmes questions tout en notant mes réponses sur un long papier . Puis d'un ton hautain il m 'a dit :

Est ce que tu sais qu 'il est interdit aux femmes de voyager toutes seules ? 

- Ah bon ? Une nouvelle loi ? une circulaire ? répondis je confiante puisque je m 'en suis renseignée avant de partir suite à la propagation d 'une rumeur disant que les femmes âgées de moins de 35ans .
- Non mais nous avons le droit de décider qui a le droit de passer et qui ne l 'a pas . Et puis qui nous garantit que tu n 'y vas pas pour te prostituer ? dit il d 'un air malicieux .
- Ah bon ? Après m 'avoir prostituée à l 'université de  Tufts et à celle de  Harvard  ? Ne crois tu pas que c 'est insensé? lui répondis -je rouge de colère .

Et j 'ai appelé papa  au téléphone et j 'ai voulu le lui passer mais l'agent m 'a expliqué  qu'il n 'y avait rien de grave et que c 'étaient des questions de routine . Routine :Qui nous garantit que tu n 'y va pas pour te prostituer ? J 'ai tant voyagé moi et on ne m 'a jamais posé cette question débile , je veux dire on me l ' jamais posée avant cette maudite fois .

Tout au long de l 'interrogatoire ,des agents entraient et sortait celui qui m 'interrogeait sortait puis revenait . 

Finalement ,le monsieur a fini par remplir son long papier des deux cotés . Il m 'a tendu mes papiers et m 'a souhaitée un bon voyage ; Oui un bon voyage mon oeil !!! 
  
Cet incident m'a vraiment marquée moi qui se croyait citoyenne du pays des droits de l 'homme et surtout citoyenne d'un pays qui se vante d 'être avant gardiste en matière de droit de la femme . Un homme ne subira jamais ce genre d 'interrogatoire . Et personne n 'osera lui parler de ce ton . 

Si j 'ai écrit ce post c 'est car mon amie et soeur a eu droit à un interrogatoire du genre au même endroit et deux moi auparavant une autre amie  a été empêchée de partir en Turquie à l 'aéroport . Pourtant tous ses papiers étaient en règle. 


Comme femmes nous n 'avons pas besoin de législation qui ne s'applique pas .;Nous avons besoin d'égalité réelle. Sous d 'autres cieux qui ne se vantent pas tant des droits de la femme , j 'aurais pu poursuivre ces agents  légalement pour harcèlement moral et je ne sais pas quoi d 'autre !








samedi 24 juillet 2010

Oh ! Mon pays

Chaque jour , je suis de plus en plus abasourdie , ahurie , stupéfiée , éberluée, époustouflée , et hébétée par la logique, le raisonnement , le rationalisme, la culture , et l 'intelligence de certains de mes CON_patriotes . Hier , avec Amina et Lobna on a préparé un petit spot pour le journalsite El fahem Boukaddous . L'adminidtrateur de la page Tunisie que je salue et à qui j 'exprime mes respects , a eu le soin de publier la vidéo sur la page et là ont afflué des commentaires des plus ridicules : Vous pouvez les  consulter ICI


Deux personnes m 'ont vraiment impressionnée . Le premier nous a "accusées" d 'étre de l 'UGET _faire partie de l 'UGET est dorénavant une accusation) et a traité les militants de cet organisme de tous les noms dont "Jboura" ( la culture du racisme à la tunisienne ) . La deuxième a ignoré tout ce qu'il y 'avait dans la vidéo et s'est intéressée à mon piercing .




J 'ai beau expliqué au premier que d'une part il n 'y vait aucune relation entre l 'UGET, cette vidéo et Fahem Boukaddous et que d'autre part l'UGET est une organisation syndicale estudiantine qui défend les droits des étudiants et leurs droits , il a continué à utiliser les mêmes expressions et à traiter les étudiants de l 'UGET de tous les noms . 

La deuxième elle , elle a trouvé que c'est inconcevable que quelqu'un qui porte un piercing au nez parle de démocratie et de liberté porte un piercing . Je suis un peu perdue là . Est ce que quelqu'un pourrait m'expliquer le lien? J 'en serai vraiment reconnaissante . A cette bonne dame , demoiselle , j 'ai expliqué que cela fait partie des libertés personnelles et que l 'un ne contredit pas l 'autre.

Certains de mes amis me diront que je suis entrain de perdre mon temps en répondant à des commentaires de la sorte ; Je dirai que je crois que les discussions changeront les choses même si je deviens de plus en plus pessimiste . Etre traitée de bourgeoise qui s'ennuie et qui n 'a trouvé mieux pour s'amuser que de PR2TENDRE de défendre les libertés et les droits est devenu mon quotidien . Cependant, je ne baisse pas les bras puisque je sais qui je suis , d'ou je viens et ce que je veux faire .
Mon amie Rim a un jour dit (écrit un commentaire) si on va suivre cette logique ça sera aux palestiniens et seulement aux palestiniens de défendre les palestiniens , aux plantes de défendre l 'environnement aux animaux de défendre les animaux , etc et là ça sera la catastrophe 



Free Fahem Boukaddous

video

Suite à la censure de cette vidéo sur Facebook , je la publie ici.

After the censorship of this vidéo on Facebook , I am uploading  it here.


jeudi 22 juillet 2010

Indifférence , Irrespect, Inattention , Négligence ...?


  
  Certes le festival international de Hammamet est l 'un des plus grands festivals de la tunisie et qui joue un role important dans le paysage culturel tunisien . Certes ce dernier est l 'un des rares festivals tunisiens qui ont su garder un certain niveau artistique et intellectuel  nous épargnant  la médiocrité régnante dans la scène culturelle tunisienne . Ses organisateurs ont toujours montré un gout raffiné dans la sélection de leurs spectacles .Le festival s 'est  distingué par la programmation de spectacles divers : musique , cinéma, théâtre , et danse. Je me rappelle bien que l 'un des premiers spectacles auxquels j 'y ai assisté était celui  vers la fin des années 8à ou le début des années 90 était celui d "El Awadda" avec une Nawel Ghachem toute jeune , fraiche , et frêle.  Puis au fil des années j 'ai pu y voir beaucoup de spectacles respectables et même merveilleux . De la perspective de  spectatrice j 'ai toujours admiré le festival .






     Cependant le 20 juillet 2010 ,  mon avis a changé quand j 'ai découvert les derrières de la scène et  et l 'envers du décor . Mon amie Emel Mathlouthi m 'a invitée à l 'aider pour son spectacle au festival de Hammamet et j 'ai pu voir les choses d'un autre coté . J 'ai pu constater les failles et les lacunes de l 'organisation du festival . Indifférence , irrespect,  inattention , négligence ...? je ne saurais jamais répondre à cette question .




   Normalement , un festival , pour les membres de son pôle accueil ça se prépare en amont . Le travail minutieux d'au moins un mois est requis . Les membres du groupe  accueil doivent  connaitre tous les besoins des artistes pour pouvoir les satisfaire et être efficaces le soir du concert . Les artistes doivent se sentir à l 'aise et comme chez eux. Cependant, ce n 'était pas le cas au festival de Hammamet, l'équipe d'accueil si jamais il 'y en a une  n 'a pas su satisfaire les besoins des artistes du concert du 20 juillet. 

Arrivés à l 'aéroport , le groupe d'Emel Mathlouthi a été surpris devant l 'absence d'un responsable du festival pour les accueillir . Le chauffeur était bel et bien  là mais est ce que c 'est suffisant ? Logiquement un accompagnateur doit assister les groupes musicaux durant toute la période du spectacle mais les choses ne se passent jamais selon la logique  sous notre ciel . D 'autres facteurs y interviennent , et je vous épargne les détails car vous les connaissez déjà.

   L'équipe de l 'organisation du festival a choisi de faire loger les artistes dans un hôtel de la capitale alors que le concert se faisait à Hammamet . Je vais être optimiste et dire que grâce à l'adoption de la nouvelle loi  61 bis et grâce aux efforts de nos ministres qui ont fait des déplacements dans toute la république pour nous convaincre de l'importance de cette loi machin , notre tourisme a atteint son apogée  et toutes les unités hôtelières de Hammamet  étaient  toutes pleines . De plus , la direction du festival a refusé de prendre  le logement du violoniste du groupe d' Emel Mathlouthi en charge ; le prétexte il n 'a pas pris l'avion pour venir à Tunis donc il n 'a pas droit au logement alors que le bon monsieur habitait à 400 km de la capitale et devait répéter avec le groupe. 

    Le jour du concert , le chauffeur conduisant le groupe à Hammamet était à l 'heure . Mais arrivés au théâtre personne ne s'est présenté pour accueillir  les membres du groupe . Nous avons trimbalé nos bagages et instruments  jusqu'aux loges que j 'ai trouvé très sympathiques avec leur architecture typique et les tableaux plutot sympas qui les décoraient.


                                     

    Les couloirs séparant les loges étaient bien climatisés ce qui n 'était pas le cas pour les loges en elles même. Ce ci n 'est pas vraiment acceptable puisque c 'est l 'endroit ou l'artiste sont supposés se préparer et se reposer avant et après le concert . 

   Quelques heures après notre arrivée aucun responsable ne s'est manifesté et comme on le sait tous ce pays ne peut jamais fonctionner sans la présence de responsables et sans l 'émission d'ordres ce qui nous a compliqué la vie d'une manière ou d'une autre . De plus comme l 'a déjà souligné le journal La Presse aujourd'hui , la combinaison de deux artistes , deux deux styles musicaux  différents a été un grand flop .De plus cela a compliqué les préparations des deux artistes.

L 'équipe d'Emel Mathlouthi a du attendre  des heures pour faire la balance et la prise de sons .


                                                                                                                      



Mais grâce à la volonté d'une équipe bien soudée , toutes les difficultés ont été franchies et Emel avec sa simplicité , sensualité , beauté , et art a su enchanté un grand  public qui a fait le déplacement pour suivre le concert . La prestation d 'Emel et le jeu de ses musiciens ont su convaincre ce public qui a longuement applaudi ...

  

      De retour à Tunis , la malchance causée par l'organisation continuent à suivre le groupe d'Emel Mathlouthi . A deux heures du départ de l 'avion des musiciens vers Paris , il n 'y avait pas de transfert de l 'hôtel à l 'aéroport . En contactant la bonne dame responsable de  la logistique celle là nous annoncé qu 'elle était trop occupée   et qu 'elle va rappeler ( le comble c 'est que nous avons  appelé un fixe et qu'elle nous ne a même pas laisser l 'opportunité de nous présenter ). En contactant, Mr le directeur du festival , celui ci a promis de régler le problème mais les musiciens ont fini par prendre des taxis pour arriver à temps .
    
Indifférence , Irrespect,  Inattention , Négligence ...?Je ne saurais jamais répondre à cette question . ..

Toute fois je voudrais souligner que ce que nous avons expérimenté n 'est pas spécifique au festival de Hamammet . En fait, nous avons pu rencontrer les musiciens de Raul Paz dans l 'ascenseur et ils nous ont fait part de certains de leurs désagréments, soucis  et problèmes causés par l'équipe d'organisation du Festival de CARTHAGE . Donc , messieurs les responsables pensez un peu à l 'image de la Tunisie .
                                

lundi 19 juillet 2010

Ex with benefits

According to the Urban Dictionary ,the definition of this word is :


After a breakup of a couple, remain close friends, but still practice some form of physical closeness. Can occur any time after breakup. 

OR

when a girl /boy break up , but remain practicing getting physical together ! !!


vendredi 16 juillet 2010

Confession

Je ne sais pas pourquoi je vais reparler de la violence contre les femmes encore une fois , non je mens je le sais très bien et là aujourd'hui j 'ai décidé de briser mon silence et d' en parler . Le BUT n 'est pas d'étaler mon linge sale ni de faire du mal à qui que ce soit . Aujourd'hui, si je vais parler de la violence contre les femmes c 'est parce que j 'en suis victime . Aujourd'hui, si j 'en parle c 'est parce que je veux partager mon expérience avec d'autres femmes . Si je le fais aussi c 'est parce que je sais que beaucoup de femmes subissent cette VIOLENCE et n 'osent pas en parler. D 'ailleurs, c était mon cas .

Il y 'a cinq ans, j 'ai connu un homme qui m 'a beaucoup aidé pendant une période difficile de ma vie, celle de ma maladie. il paraissait vraiment amoureux de moi . Peu à peu son amour s'est transformé en une sorte de possession. Le bon monsieur m 'a éloignée de tous mes amis et même de mes activités habituelles. Désormais ma vie se résumait à fréquenter l 'université et à le rencontrer. Au moindre doute d'une 'infraction' de ma part , il devenait furieux, il perdait la tête. Je me suis laissée faire car j 'étais au début de ma maladie , j 'étais déprimée , et je me sentais seule. Il s 'occupait beaucoup de moi et me faisait oublié que j 'avis un caoutchouc qui pendait de mon ventre (cathéter pour la dialyse péritonéale). Mais peu à peu sa violence verbale s'est transformée en violence physique. Et je me suis laissée faire car je n 'osais pas en parler , je ne pouvais confier cela à personne, comme un tel comportement est inadmissible dans mon environnement . J 'avais honte de dire qu'on me tabassait . En plus, le monsieur venait pour pleurer entre mes bras après chaque dispute et promettait de ne plus faire ça. Mais il n 'a jamais arrêté . Un jour , on s'est séparés.

Cet été , j 'ai vécu la violence encore une fois. Au moment , ou je vivais cela , je me suis souhaitée la mort. Je voulais tout simplement disparaitre , disparaitre à jamais. Je me suis sentie humiliée, déshonorée, et abaissée. Mais j 'ai encore une fois pardonné . J 'ai trouvé des excuses à mon agresseur . Je me suis inventée des fautes graves, et je lui avait donné raison. Maintenant avec le temps je réalise que je suis plus fautive que lui . Je suis fautive en me laissant faire , en acceptant de subir la violence sans agir .

Je sais que certaines personnes vont être déçues en lisant ce billet . Je sais qu 'ils ne vont pas accepter cela de ma part. Mais oui je préfère ne parler . oui je dis que j'ai été fautive en subissant la violence mais il n 'est jamais trop tard pour avouer ses fautes et essayer de les corriger. J'écris ce billet pour inciter la femme à parler de toutes sortes de violence qu'elles subissent et d'essayer de dépasser cela d'une manière ou d'une autre. Ne vous taisez pas , confiez vous à la personne à qui vous faites confiance et elle vous aidera à vous en sortir.


mardi 13 juillet 2010

L 'ouverture du FIFAK




Arrivée à Kélibia l 'après midi_ après un long voyage "périlleux " fatiguant puisque j 'ai fait la gaffe de prendre le bus normal et non pas le bus confort et puisque le convoyeur a choisi de me servir en dernier lieu car je lui ai  présenté ma carte handicap (et moi qui croyait que les handicapés sont les prioritaires ). Un long voyage dans les odeurs nauséabondes  de sueurs . Un long voyage dans la nausée causée par les secousses  du bus.Le café de la Maison du Peuple, était plein .  Et nous voici partis dans une longue partie d' embrassades et de salutations longues et des discussions infinies , et de questions habituels après une longue année d'absence. A la rencontre de Saif un jeune  activiste de Kélibia , mon défaut d 'activiste est réapparu , malgré ma ferme résolution à partir en vacances pour me reposer . Nous sommes entrés dans une discussion concernant l 'histoire de la privatisation des plages de Kélibia et nous avons décidé de suggérer à Lobna Noomene qui assurait le spectacle de l 'ouverture du FIFAK de passer un message aux responsables.

Le soir, certes les festivaliers  de cette 25 ème session du FIFAK étaient moins nombreux que ceux de la session précédente mais l 'ambiance était magnifique . A l 'entrée du théâtre un bon fond de musique m 'a attirée : le luth et la belle voix du Cheikh Imam m 'ont ensorcelée . La présence excessive des policiers m'a dérangée.




Après les longs discours habituels et ennuyeux  des responsables, la soirée a commencé avec la belle chanteuse engagée et l 'amie Lobna Noomene , qui a commencé avec une chanson dédiée au Liban et a enchainé avec des chansons du cheikh Imam , les spectateurs l 'ont accompagnée  chaleureusement quand elle a interprété : "AL BA7R byedh7ak lih" et "Ettanbour" . Certains festivaliers se sont levés et ont chanté avec elle à fond . Lobna a aussi émérveillé tout le monde avec sa chanson "nari ala layam" , une chanson qu 'elle a chanté auparavant avec le groupe Bellamara  


Lobna a enfin passé un message contre la privatisation des plages de Kélibia  après l 'avortement d 'une action t-shirts blancs pendant le festival .

Le film de l 'ouverture , "Mariage à 3 visages" du réalisateur Martiniquais  Pierre Laba racontant l 'histoire de Amoin, petite villageoise d’un bled perdu de Bobo-Dioulasso, qui va voir son quotidien bouleversé quand ZASS, son cousin photographe ambulant qui rêve de partir en Europe, va arranger un mariage sur Internet avec un homme blanc qu’elle ne connaît pas. Se voulant, plus royaliste que le roi, Amoin va mul-tiplier les ratés et les maladresses à l’arrivée de cet homme au grand désarroi de ZASS qui voit son rêve de partir s’envoler petit à petit. Il décide de prendre les choses en main avec l’aide de son ami Streev, un expatrié en vacances, jusqu’à l’obtention pour Amoin et pour lui d'un visa, n 'a pas réussi à convaincre l 'audience . Le théâtre s'est vidé progressivement et on entendait des critiques ici et là .

Après des discussions devant la maison du peuple _j'ai pu rencontré Traek Kahlaoui et Barbach _, que la fête commence , nous voilà dans l 'état habituel d 'errance entre les hôtels de Kélibia . On hésite 100 fois , et on fait l 'aller-retour 100 fois avant de nous installer dans l 'un des hôtels pour une longue soirée de musique . A la Belle Étoile , Bendirman et Lobna Noomene étaient au RDV pour une belle soirée de musique .

A l 'aube c 'est le moment, d 'aller à la plage d'El Fatha" , le moment de continuer la soirée ; un maillot , quelques bières ou autre boisson , une guitare ou un luth font l 'affaire  . Un feu de camp fut allumé et la folie s'était installée: des rythmes fous de musique . Bob Marley et Gnawa Diffusion étaient de la partie à travers leurs chansons : Get up Stand Up et Clandestino ont fait entré les foules en trance.

Personnellement je m'étais  amusée à prendre des photos  et à discuter calmement avec mon ami Nazih en admirant un lever magnifique du soleil  .


Et une photographiant une mer magnifique tout en pensant à la douloureuse éventualité de sa privatisation.

jeudi 8 juillet 2010

Loi machin ou Ammar autrement !



Cette nouvelle loi machin me révolte ou  cet amendent  de la loi machin me révolte.Vous avez surement deviné que je parle de la nouvelle loi adoptée dans le cadre de la sécurité économique du pays.La fameuse loi 61 bis.

 En effet, le parlement tunisien a adopté un amendement du code pénal prévoyant désormais jusqu'à cinq ans de prison pour réprimer les actes contraires aux intérêts économiques de la Tunisie à l'étranger. Selon le ministre de la Justice, la loi s'appliquera notamment à ceux qui inciteraient des parties étrangères à ne pas accorder des crédits à la Tunisie, à ne pas investir dans le pays, à boycotter le tourisme ou à saboter les efforts de la Tunisie pour l'obtention  du statut de partenaire avancé avec l'UE.

Cette loi me révolte car contrairement aux démentis  du ministère tunisien de la Justice et des droits de l'homme, cet amendement de l 'article 61 bis du Code Pénal vise la restriction des libertés et des activités des défenseurs des droits de l 'homme. En effet ,comme l 'a déjà exprimé et dénoncé Amnesty international cette loi renforce les restrictions auxquelles font face les militants des droits de l'homme en visant ceux qui s'expriment sur la situation tunisienne dans des instances internationales.

Personnellement , je pense que cette loi est une autre manière de censurer , une autre manière de museler la liberté d 'expression  sous le prétexte de protéger les intérêts économiques du pays. Cette loi  vise à faire taire  toute voix critique de tout citoyen digne de ce nom et qui réclame ses droits et ceux de ses concitoyens .Les défenseurs des droits de l'homme seront en prison  alors que les vrais criminels qui pillent tout un pays , s'emparent de ses richesses , et affament tout un peuple circuleront librement et continueront leurs crimes. 

Comme je l 'ai déjà écrit ,ce projet de loi vise à compléter les dispositions de l'article 61 Bis du Code pénal,se limitant à l'incrimination de toute atteinte à la sûreté extérieure de l'État, aux plans militaire et diplomatique, et n'englobe pas le domaine économique, en y ajoutant l'incrimination des personnes qui établissent, de manière directe et indirecte, des contacts avec  les agents d'une puissance étrangère ou d'une institution ou organisation étrangère, dans le but de les inciter à porter atteinte aux intérêts vitaux de la République tunisienne et à sa sécurité économique.

L'expression manière directe et indirecte m'intrigue . Que peut on considérer comme atteinte indirecte aux intérêts vitaux à travers l'établissement de contacts avec des parties étrangères ? Est ce que la participation dans des interviews dans le but de dénoncer des atteintes aux droits de l 'homme  tels que l 'emprisonnement injuste d 'étudiants et de journalistes est considéré comme tel? Est-ce qu'écrire à propos du pillage du pays et de la propagation de la corruption l'est ?Est ce que bloguer à propos d 'un trou dans la chaussée ou de la hausse du prix du lait en fait partie ?

Cette loi , ses buts et ses limites restent flous .D'autres  facteurs extérieurs montrent que son adoption en ce moment confirme que son but majeur est de faire taire les opposants et les voix critiques.

NB: On passe souvent de nouvelles lois , on adopte souvent des amendements à des vieilles loi . Mais charge rarement ,pour ne pas dire jamais ,des ministres  et des hauts reponsables de se déplacer aux quatre coins du pays pour en parler.

Solidaire avec Fehem Boukadous Solidaire avec la liberté d 'expression


En Tunisie ,voir des journalistes jetés en prison devient la règle . La confirmation  en appel de la peine de prison de 4 ans prononcée en première instance  à l 'égard du journaliste Fehem Boukaddous  est une autre preuve de la situation de la liberté d'expression  et des  droits de l 'Homme en Tunisie  . Tu parles différemment tu es un criminel ! Tu exprimes tes opinions tu es en prison ! Tu révèles des vérités dans le cadre de ton travail de journaliste , oublie ta liberté ! 
The Tunisian Girl est solidaire avec Fehem Boukadous , avec les étudiants emprisonnés  , et avec tous les prisonniers d'opinion .

mercredi 7 juillet 2010

OH FEMMES !



Conscientes ou inconscientes certaines personnes n 'arrêtent pas de  traiter  la femme comme un être inférieur et d'agir envers  d'une manière dégradante. Notre société continue à accorder un traitement favorisant les hommes et assujettissant les femmes surtout du point de vue  des usages et des coutumes. Je ne vais pas parler des droits et des lois puisqu'on va me rappeler les acquis de la femme tunisienne ;on va me dire que la femme tunisienne jouit de certains droits que même les femmes des pays développés n'en jouissent pas.Je dirai oui sur les documents  officiels ; sur les papiers officieux c 'est toute une autre histoire . Je ne vais pas parler de l 'égalité de l 'héritage ici pour qu'on ne me sorte pas l 'argument religieux et pour qu'on ne m 'accuse pas de blasphème ( je le ferai un autre jour ce n 'est pas mon sujet là ).Je ne vais pas parler de l 'égalité des sexes , non non je ne suis pas aussi optimiste que ça .


Je vais parler du quotidien de la femme tunisienne .Dés qu'elle sort dans la rue cette pauvre femme est exposée à tous genres d' harcèlements moraux , voire physiques. Dans la rue cette femme est soit insultée gratuitement , soit abordée avec un vocabulaire misérable . "Malla bzezel" ( Oh quels seins ?)  , "malla za3ka" (Oh quelles fesses?), ou "ya bzezel!" ( toi seins !) , sont toutes des expressions que la femme tunisienne entend quotidiennement sur le chemin du boulot , dans la cours de récréation de son université , dans le train ou dans le bus ( je vais revenir aux moyens de transport plus tard ), en faisant son shopping , ou en sirotant son jus ou buvant son café sur la terrasse d'un café . Sous d 'autres cieux , ceci est un crime qui doit être lourdement puni  . Ici ça fait partie des habitudes , des normes , des traditions même. Chaque fois en passant dans une rue de Tunis , je sens que certains yeux sont entrain de me dénuder.Parfois, je m 'installe sur la terrasse d'un café rien que pour observer les gens . Parfois , ça m 'arrive de rire toute seule devant les hommes qui oublient leurs discussions ou versent leurs cafés en  bougeant pour observer les fesses d'une femme . Oh , mon Dieu, ils ont un grand faible devant cette partie du corps !

Revenons aux moyens du transport public  , dans les moyens de transport public la femme est harcelée physiquement . En effet , elle est exposée à des attouchements sexuels( dans notre dialecte "talhim " ) . Personne ne réagit et le comble c 'est que si cette femme régisse ou dénonce le coupable , elle sera le coupable . Elle sera insultée et traitée de tous les noms dégradants qui puissent exister sur terre . C 'est sa faute à elle si elle est belle ,attirante , et Provocante ( même si elle est en jeans et t-shirt)  . Un jour une cousine m 'a racontée sa mésaventure dans le métro . Elle allait à son université  en métro le matin , vous pouvez surement imaginé les conditions dans les métros le matin _ on peut s'estimer heureux  si on trouve un petit ou placer ses pieds ) quand elle a senti quelqu'un se frotter contre elle . Elle a essayé de s'éloigner un peu , de changer de position pour l 'éviter mais le bon monsieur insistait pour atteindre son orgasme. Les gens se sont aperçus de ce qui se passait mais personne n 'a bougé le petit doigt .La pauvre a séché les cours ce jour là et est rentrée à la maison . Les incidents sont multiples.

Même dans les milieux dits d 'élite , cultivés et progressistes , la femme est maltraitée . J 'entends souvent des histoires de maris humiliants leurs femmes , les tabassant violemment . J'ai tant entendu des hommes se disant progressistes parler de la FEMME comme d'un objet et  l 'insultant. Des expressions du genre  :" j 'ai couché avec cette pute" est une expression courante surtout sur les tables des bars ou ces pseudo-militants prétendent militer . Les hommes qui jouent le rôle des défenseurs des droits et des libertés des femmes sont les plus violents et féroces quand il en vient à battre une femme ou à l'insulter . Ils ne reculent devient rien .

On oublie souvent que cette FEMME c 'est la mère , c 'est la sœur , c 'est l'amoureuse , c 'est la camarade , c 'est la fille c 'est la militante , c 'est la moitié de la société qui essaye  de pousser cette société vers le progrès , vers une situation meilleure


lundi 5 juillet 2010

Ma rencontre avec Noam Chomsky




L 'année universitaire dernière je suis partie séjourner aux États Unis d 'Amérique et plus précisément dans  l 'état du Massachusetts  à Medford prés de Boston , grâce à une Bourse Fulbright .  J 'enseignais et je prenais des cours simultanément à l 'université de Tufts .  

J 'étais vraiment contente car j 'avais l 'opportunité d'enseigner , étudier , et habiter à quelques kilomètres de la majestueuse Université de Harvard   , de l 'Institut Technologique du Massachusetts   (MIT)ou travaillait  Noam Chomsky (le fameux linguiste, philosophe, et activiste Américain) ainsi que d 'autres universités bien connues et réputées dans le monde entier .

Faisant des recherches en linguistique je me suis fixée le but de rencontrer Noam Chomsky . Arrivée depuis déjà deux moi aux USA j 'avais déjà appris à utiliser internet pour tous les services dont j 'avais besoin . Je suis allée sur le site Internet de l 'MIT, et j 'ai cherché l 'adresse e-mail de ce monsieur . (j 'ouvre la parenthèse ici pour dire que nos universités devraient penser à établir leur propres sites internet pour faciliter  la vie des étudiants , des professeurs , des administrateurs , bref de tout le monde) . Et en quelques clics , me voilà  lui écrivant un e-mail m 'introduisant et lui demandant un RDV. Et grande fut ma surprise quand Chomsky a répondu le même jour .

Quelques jours après j 'étais à la recherche de son bureau à l 'MIT . Une fois la bas, son secrétaire m 'a reçue en me priant de ne pas dépasser les 10 minutes avec le professeur Chomsky . Quand je suis entrée dans son bureau celui ci me reçut chaleureusement .Je fus surprise de me trouver devant une personne une personne si humble et si gentille . Les 10 minutes se sont rallongées à 30 minutes. Durant lesquelles on a parlé de tout et de rien commençant par la linguistique et finissant avec l 'activisme . 

Quand il m 'a parlé de la Tunisie , j 'ai eu l 'impression que ce monsieur connaissait mon pays plus  que je ne le connaissais . Il était au courant des détails de tous les développements historiques , sociaux, économiques , et politiques de mon  Bled .Ils connaissait le nom de plusieurs villes et villages tunisiens .

Mes trente minutes avec Noam Chomsky , furent les meilleures de tout mon séjour aux États Unis . J 'avais enfin pu voir mon idole que j 'ai découvert tardivement pendant mes premières années à la faculté des sciences humaines et sociales de Tunis .